L’ÉTANCHÉITÉ D’UN BAIN NORDIQUE OU SPA EN BOIS

Cuve de bain nordique / spa scandinave en Cèdre à 24 jets

Cuve d’un spa en bois par L’artisan du spa, en 54mm d’épaisseur et Cèdre rouge de fil parfait – ici en 2m13

C’est une question qui nous est souvent posée par les clients intéressés par nos spas en bois : comment réalisons-nous l’étanchéité de nos cuves en bois ?

Le concept du bain nordique est très simple, basique : une cuve de bain en bois installée à l’extérieur, en plein air et de l’eau dedans.

L’un des principes et plaisirs de ce bain scandinave traditionnel tient alors au fait d’être en contact direct avec le bois, sans artifice. A nos yeux, l’entretien du bain lui-même doit également rester simple, même si la cuve est faite de bois.

Aucune colle ou résine n’est appliqué entre les lames qui composent nos cuves. Et aucune résine, gelcoat, vernis, lasure, huile, saturateur ou pire liner n’est appliqué en surface du bois, à l’intérieur comme à l’extérieur de la cuve.

De fait, aucun entretien du bois ne sera à faire, à aucun moment, ni au départ, ni par la suite.

La méthode est traditionnelle, comme sur de vieux gréements en bois, et sans même adjoindre de bande de compression ce qui était le cas de nombreux bateaux en bois (joints en chanvre et goudron calfat).

A la surprise de beaucoup, l’étanchéité à l’eau de nos bains nordiques se fait grâce à… l’eau elle-même. Au contact de l’eau, le bois gonfle et se dilate.

Utilisant cette propriété, nous montons nos lames de cuve, en y adjoignant en pourtour leurs cerclages en inox. Avec le remplissage en eau du bain en bois, le bois se met en dilatation ce qui comprime les liaisons / joints, les lames de bois ne pouvant s’échapper avec les cerclages qui les retiennent.

Le bois se dilatant, ces fuites s’estompent et la magie opère.

Bien-entendu, ce principe demande une sélection de bois de grande qualité pour éviter toute déformation du bois au contact de l’eau. Les lames de la cuve sont en effet soumises à de fortes tensions dans ce type d’usage car pendant que l’intérieur du spa est en eau, l’extérieur est lui à sec. Les deux faces opposées travaillent donc différemment. Un bois de piètre qualité ne permettra qu’un usage très limité dans le temps. De même, des cuves dont les lames ne sont pas assez épaisses vont bouger. Le rapport de section du bois (épaisseur d’une lame par rapport à sa largeur) est ici très important : plus celui-ci est faible, meilleure sera la tenue du bois au risque de déformation.

Également, tout bois composé de nœuds aura tendance à se déformer, et l’eau à s’infiltrer voire passer à travers les nœuds.

Enfin, aucun joint pâteux ou colle gonflante ne venant combler tout espace, et l’ensemble des lames verticales devant être parfaitement ajustées au fond de cuve, l’on comprend également que l’usinage des lames demande une grande précision.

Un beau travail de transformation du bois.